Caméra thermique en prospection spéléologique

LA CAMERA THERMIQUE, UNE AIDE A LA PROSPECTION SPELEOLOGIQUE

La détection des cavités par des moyens électroniques fait partie des rêves de tous les spéléologues, et en particulier la mise en évidence des entrées plus chaudes ou plus froides que leur environnement.
En 2011-2012, le SCV a donc décidé de réaliser des tests au moyen d’une caméra thermique afin d’en évaluer le potentiel.

Deux essais ont ainsi été effectués, en choisissant des journées où les contrastes thermiques pourraient être les plus significatifs. Le premier essai est effectué en hiver le 17 février 2011 et le second en été du 7 au 9 septembre 2012, dans notre terrain de jeu habituel (Gorges de la Balme, Falaises du Criou).

L'entrée d'une cavité observée grâce à la caméra thermique

L’entrée d’une cavité observée grâce à la caméra thermique

Les premières constatations permettent de dire que c’est la température des parois qui est mesurée et non celle de l’air. Si un courant d’air sort d’une cavité, il n’est pas visible, c’est le résultat de son action sur l’environnement qui sera enregistré. Par conséquent, le courant d’air doit être suffisamment important pour réchauffer (ou refroidir) les parois.

Par ailleurs, la faible définition de l’appareil testé implique d’être proche du trou souffleur. Il faudra veiller lors de prochaines prospections à utiliser un appareil disposant d’une définition plus importante.

L’intérêt de la méthode, selon les distances auxquelles sont réalisées les mesures, porte sur trois domaines :
De 1m à 10 m : Intérêt pour la recherche de trous souffleurs de petites tailles, dissimulés entre des blocs, des fentes de lapiaz ou dans la végétation.
De 10 à 100 m : Intérêt pour la découverte de cavités à fort courant d’air refroidissant ou réchauffant l’environnement.
Au delà de 100 m : Intérêt géologique. Les couches se différencient nettement en fonction de leur aptitude à retenir l’eau. Il est alors facile de suivre sur l’image thermique, les couches calcaires sèches, ayant absorbé la chaleur du soleil en cours de journée et contrastant fortement avec les zones plus froides constituées d’argile ,de marne ou de grès, chargées en eau.

L’intégralité de l’étude est disponible en pdf en téléchargement au lien suivant : Camera thermique en prospection spéléo

Laisser un commentaire