Gouffre d’Angrières (St Rambert)

Explo du SCV au Gouffre d’Angrières

En 2015, le SCV et le GSHL, sous l’impulsion de Michel Siméon, Patrick Perrin et de Tamalou, remettent le nez dans le Gouffre d’Angrières, situé à … Angrières ! C’est en plein Bugey, juste au dessus de St Rambert en Bugey.

Contexte :

La vallée d’Angrières, perchée au dessus de St Rambert en Bugey et de la vallée de l’Albarine, est un pli synclinal. Le fond de ce pli n’offre que peu de cavités importantes. A Pont-Rion, à l’entrée de St Rambert, se trouve une résurgence importante, la Doua, qui semble drainer la gouttière formée par le vallon d’Angrières. Un article a été publié en 1986 dans Spelunca à propos de cette résurgence.

A Angrières, un trou est toutefois connu depuis longtemps, le gouffre d’Angrières ou gouffre du Rochiau. Il s’ouvre sur le flanc ouest de la montagne, au dessus du village. Il y a, entre l’entrée du gouffre (630m) et la résurgence de la Doua (310m), un dénivelé de 320m suffisamment important pour espérer un développement souterrain intéressant.

Historique :

Avant 1990 :

Le gouffre est visité en 1955 par les lyonnais du Clan de la Verna, le fond est noté à -30m (source : La gazette des Tritons).
Le SG Rhinolophles reprend la cavité en 1967, sans résultat apparent (voir SCVActivité n°8).
Le SCV vient faire une visite dans le trou en 1974, sans découvrir de suite. Mais des mouvements de terrains intéressants ont eu lieu dans les terrains alentours (voir SCVActivité n°33)

Travaux en 1993 :

Le SCV entreprend des travaux de dézob en bas de la grande salle. Toutes les infos sont dans le SCV Activités n°56 (p41, p167 à 169)

Travaux en 1997 :

Le SCV revient en 1997 et effectue une douzaine de séances de dézob, parfois en nocturne. L’équipe approfondie la cavité d’une trentaine de mètres et lève la topo (voir EDSS 10 à 13). Arrêt sur étroiture vers -55m.

Travaux en 2015 :

Une nouvelle dézob est entamée en 2015, en collaboration avec le GSHL. Michel Siméon, JJ et Tamalou sont les principaux protagonistes sur cette dézob. Un nouveau tunnel est ouvert, il s’ouvre au sommet du dernier ressaut de 5m découvert en 1997. Ce ressaut est comblé par les déblais du tunnel !
En décembre, après de nombreuses séances, ça passe enfin, et un joli P10 s’ouvre. Mais le courant d’air se perd. Lors de la dernière visite, consacrée à la topo et au retrait du matériel, ça souffle, et ça continue ! Les travaux reprennent de plus belle, la cavité passe de -76 à -120 m en 3 séances mémorables.

Travaux en 2016 :

Malheureusement, à -120m, la suite devient quasi horizontale. C’est légèrement actif, mais étroit. De nombreuses séances sont menées par Michel, JJ et la troupe du GSHL. Ensemble, ils ouvrent le conduit sur une trentaine de mètres.

Travaux en 2017 :

7 séances sont organisées cette année. Le GSHL poursuit d’autres objectifs. De notre côté, on vient reprendre la taille du front. Enfin en décembre, on arrive à passer la faille et on descend un nouveau P7. Mais l’actif repart de nouveau dans une interstrate, créant un long couloir étroit, mais cette fois haut. La dézob reprend !

Travaux en 2018 :

6 séances sont organisées cette année. Nous poursuivons la dézob dans le nouveau méandre, et ça passe de nouveau après 5 séances ! En 1 séance estivale, on découvre une nouvelle petite salle, un mini méandre, un P10 et une grande salle. La séance suivante permettra de constater qu’un nouveau méandre se profile…

Nous en sommes à -163m, l’année a été intéressante sur cette explo ! Une nouvelle topo a été publiée ici-même ! Elle est insérée dans le Spéléo-Dossier n°41 (p 65 à 71) édité par le CDS69 en 2019.

Travaux en 2019 :

10 séances sont organisées cette année. Nous réalisons l’escalade dans la grande salle, sans résultat. Le reste du travail est réalisé dans le méandre du fond. On s’acharne sur le méandre découvert en été 2018, et ça passe enfin en décembre 2019. Pas pour longtemps… Une salle de 2×2 nous accueille et nous offre un nouveau méandre… Bref, on connaît le programme 2020 !

Voir tous les CR liés au Gouffre d’Angrières

Equipement (Janvier 2019)

Cavité actuellement équipée en fixe. Mais c’est de l’équipement d’explo, sur des cordes extraites du système EPI.
Prudence : même si les parois ont été purgées autant que possible, il reste toujours des cailloux et graviers en équilibre…

Topo (Janvier 2019)

Voir la Topo 2016

Les commentaires sont fermés.