Prospection dans les Eparres – 29-08-2021

Participants :
Lionel, Christophe Ferry (Vulcains), Julien, Séb, Alex, Pef

Pour faire suite à la belle traversée Garde-Cavale la veille, on s’était dit qu’on lézarderait bien dans les Entremonts le dimanche. Certes, on est sortis du trou (et du resto) un peu tard pour venir dormir au bivouac chez Charly, n’empêche.

Ca tombe bien, Lionel avait prévu de tester sa caméra infra-rouge montée sur smartphone, et pourquoi pas dans les Eparres? Il arrive à motiver Christophe, et on se donne rendez-vous au Château.

Rendez-vous tunisien bien sur, le temps de ranger notre camp, passer chez Kévin et Audrey pour reposer la sous-combi et une paire de bottes (car Gabriel avait oublié ses bottes, je l’avais tu dans le précédent CR). Bref, on arrive aux Zéparres avec un léger retard.

Lionel et Christophe sont déjà dans la pampa, et nous envoient un SOS : « Il est où le Skill ? » (pourtant les 2 ont déjà bien grattés dans le trou…). Ils jardinent dans la pente, on arrive, on grimpe un peu et on se retrouve devant le gouffre bien frais. 6° d’après la caméra thermique (de mémoire). Ca marche bien, c’est intéressant, mais il faut être proche du trou, et il faut un courant d’air soufflant.

On se dit qu’une fois ici, on prospecterait bien dans la zone. Aller c’est parti, on grimpe le long de la barre rocheuse. Certains en dessus, certains en dessous. Pendant ce temps, Julien tire une petite sangle noire cachée sous les feuilles. Oh, un pantin ! Nous qui avions plutôt pris l’habitude d’en égarer, voilà qu’on en trouve ! Gravage SLT, mystère… Le pantin est déposé chez Charly et goutera au calcaire local jusqu’à ce que son propriétaire se manifeste. A bon entendeur !

On poursuit donc notre rando, on farfouille. Pas de grande découverte. Toutefois, une galerie 80×80, 4-5 m de long, est découverte au dessus du Skill. Pas d’être frais, d’après la caméra thermique. On pointe au GPS et on poursuit.

La zone est pas facile, beaucoup de forêts, beaucoup de cailloux mais peu d’affleurements. Il faut grimper vers la crêtepour reteouver le lapiaz, mais on ne trouve rien de plus. Retour au parking par les pistes forestières, et pic-nic chez Charly.

Colchiques dans les prés
Fleurissent, fleurissent
Colchiques dans les prés
C’est la fin de l’été

L’espoir d’une après-midi hamac disparaît quand Lionel propose de repartir pour un tour du côté de la Grotte du Curé.

Christophe, Axel et Julien partent à pied de chez Charly, direction le Pas Dinay, pour ensuite redescendre sous une barre rocheuse. On descend, on descend, mais rien à se mettre sous la dent. On arrive au fond du talweg, au niveau d’une source importante (1l/sec, après 1 mois sans pluie). On est ici sur les marnes, le pointage nous indiquera un positionnement intéressant géologiquement, plus compliqué spéléologiquement. On continue en descendant le ruisseau, qui finit par se perdre puis rejaillir un peu au dessus de la route.

De leur côté, Lionel, Séb et Pef descendent les véhicules et s’arrêtent au parking au dessus de la Grotte du Curé. De là, ils prennent la pente et montent jusqu’au Château. Idem, rien de bien probant, les affleurements manquent. Mais c’est chouette, un bon entraînant au jardinage en mode sanglier, on aime ça au SCV !

Finalement, on se retrouve tous au parking, débrief, et retour à la maison ! Un bon décrassage actif !

PTAP : 4h environ.

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.