Gouffre d’Antona – 07-06-2018

F*ck work and go caving !

Participants :
Pef, Fabien, Remi

Meuuuuhhhhhhhhhh grrrrr meuhhhhhh 🐮 !
Tels furent nos mots d’accueil pour notre sortie de semaine au gouffre d’Antona dans l’Ain.

Euh Pef tu penses que la grille va tenir ?
La vache s’approchait de nous rapidement l’air méchant …

Haaaaaaaaaaa !
Tels furent les premiers mots de Fabien essayant d’allumer sa frontale qui elle, restait silencieuse…

Gromele gromele, je l’ai déjà renvoyé deux fois, gromele gromele, ca commence bien…

Marche d’approche tranquille, en 15 minutes Pef trouve le trou, Fab cueille déjà de fraises et moi je regarde le temps en me disant “rohhh il fait pas si moche on aurait pu tenter une journée grandes voies

Le gouffre d’Antona porte bien son nom, un gros trou en plein milieu de la forêt qui descend tout droit à la verticale quasiment sur les 118 m de profondeur. Il est 9h30 on descend. Enfin Pef descend, avec Fabien on attend qu’il équipe un peu comme ça nous restons un peu plus longtemps au chaud.

Finalement on descend. Quoi ? On remonte déjà ? Sur une corde fixe à demeure… Mmmm de quand date-t-elle ? 1827!!!? Haa ouf non c’est la norme EN elle date de 2017 !

On arrive à la moitié, les descentes sont longues, on commence à penser qu’il va falloir tout remonter au retour ! Mais on profite, Pef équipe vite et on n’attend pas, on court. La difficulté morphologique arrive : un passage de lucarne entre deux puits après un pendule ! On passe les pieds d’abord, on tire dans tous les sens et ça fini bien par passer.

Qu’est ce qu’il a dit Pef, me demande Fabien ? J’ai entendu “un point”. Ouais il a dit que ça marchait pour la descente et qu’on verrait à la montée…
Encore deux puits un peu long et on touche le plancher des… Euh… des fonds de puits. Il est midi, on n’a pas chômé et on a faim … et un peu froid.

On sort tous les couvertures de survie et on joue à la cabane géante avec point chaud pour le déjeuné. Assez fiers de nous, on profite 🙂

Le moment de la remontée arrive et là, le sport commence. Pour moi c’est la première fois que je remonte autant… et avec un kit très très lourd (qui s’alourdissait au fur et à mesure j’en suis sûr !). On repasse la chatière (si c’est passé dans un sens…). Chaque longueur semble plus dure que la précédente (et cette 🙃😤🤯😩🤪😳😱🤒 de crolles qui veut pas se décoincer quand je lui demande) mais on avance sous la musique rythmée de Pef qui pose un deuxième point sur la dernière descente.

Dernière montée, la plus grande P34, on voit le jour en haut mais il ne s’approche pas vite !

Sortis à 15h15, c’était rapide mais on est fatigués et contents comme on voulait. Finalement les grandes voies ont bien fait d’attendre c’était une super sortie. On finit l’aprem en buvant un coup à Poncin et on rentre laver le matos. Une bonne journée au lieu de bosser, ça fait du bien !

CR de Rémi
TPST : 5h30

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.