Grotte du Burlandier (01) – 11-11-2017

Participants :
Alicia, Flo, Axel, Pierre et Ptit Nico

CR de Ptit Nico

Ça faisait un moment que j’avais repéré cette grotte. Mais, je ne m’étais jamais renseigné pour y aller. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manquait, mais cette année a été bien chargée et la grotte n’allait pas partir.

Ce week-end s’annonçant pluvieux, Pierre et Alicia, fraîchement inscrits au club, nous motivent pour aller sous terre et demandent ce qu’il y a comme grotte sympa dans le coin. Je leur sort ma liste de grottes à faire absolument mais qui attendent encore et toujours notre visite. Après s’être renseigné un peu, Pierre est motivé… que dis-je ? … ultra motivé … sur motivé pour aller au Burlandier.

Du coup, mercredi, je récupère les coordonnées pour demander les clés de l’entrée. On voulait initialement y aller à 8 dimanche. Mais l’accès à la grotte est réglementé et limité à 2 groupes de 6 personnes maximum par mois. Un autre groupe a déjà « réservé » le créneau de dimanche. On ira donc samedi en équipe réduite avec les personnes disponibles.

On part du club à 9h30. En arrivant vers Nantua, on suit les instructions laissées par Christian pour trouver le trou. On hésite un peu en entrant sur le chemin qui mène au parking. Il ne doit pas servir souvent, il est envahi par les herbes et les ronces. C’est pas très rassurant! En plus, avec le temps qu’il fait aujourd’hui, pluie, brouillard,… l’ambiance du chemin ferait même peur. On trouve le parking ainsi que l’entrée du trou facilement.

L’entrée n’est pas très accueillante. Et en plus, il faut descendre la tête la première pour ouvrir la porte… En fait, c’est pire après, un ramping jalonné de nombreuses flaques d’eau nous attend. La grotte promettant d’être très jolie, j’ai emmené mon appareil photo. Mais il n’est pas étanche et craint les chocs. Autant dire que ce ramping n’aura pas été une partie de plaisir. Mais arrivés dans la première salle, nos efforts sont récompensés et on en prend plein les yeux. Je ne peux pas m’empêcher, je sors l’appareil photo, le trépied, les flashs… je réquisitionne tout le monde et prend ma première photo. Le lieu est magnifique.

La première salle

On continue notre progression et à chaque nouvelle salle, nos yeux s’écarquillent encore plus. On n’avance pas vite. Enfin… très lentement! Les photos prennent du temps, et il y a de quoi en prendre des centaines. Devant l’impatience de mes coéquipiers, je restreins le nombre de photos. C’est vrai qu’il fait froid et humide ici. Après une pause déjeuner dans la deuxième salle, on accélère un peu le pas. Flo et Axel partent devant, ils en ont marre d’attendre. Pierre et Alicia filment pendant que je prépare les photos puis deviennent techniciens lumière le temps de la prise de vue.

La pause au bord du lac

La fine équipe autour d’un autre lac

Après quelques photos, et vidéos, le plafond s’abaisse, le sol devient glaiseux, le plafond s’abaisse encore… C’est par là, la suite ? Axel passe devant, rampe… puis fait demi-tour, il n’a pas envie de se mouiller. Je m’y colle alors… Je rampe jusqu’à la flaque d’eau où Axel s’est arrêté. J’hésite un instant puis continue, le plafond descend de plus en plus. Je dois enlever mon casque et me retourner pour continuer. Finalement, je ferais demi-tour 3 mètres après Axel. On fait un point sur la topo. On hésite… On est où en fait ? Ça ressemble étrangement à une voûte mouillante quand même… Mais on n’a pas passé de siphon ! On retourne au croisement précédent. Axel et moi explorons un petit boyau pour vérifier qu’il débouche nulle part. C’est bien le cas, et on ressort encore plus boueux. On doit être au niveau du siphon alors. Je retente quand même une dernière fois de passer la « voûte mouillante », mais ça passera pas. J’ai la tête dans la glaise et le nez et les lunettes qui touchent au plafond… Et plus loin, c’est vraiment pas engageant… ça ne semble pas continuer.

On n’ira pas plus loin. Sur le chemin du retour, on observe une dernière fois les beautés de cette grotte. Et on fait une petite photo souvenir tous les 5 après qu’Axel ait pris un bon bain de boue dans une flaque qu’au moins 1/2 mètre de profondeur. Une fois à la sortie, on se rend compte qu’on n’a pas été bien loin en fait…

On ressort sous la pluie qui nous accompagnera jusqu’à Lyon. Après une séance nettoyage de matériel, on se retrouvera autour d’une bonne raclette. Histoire de se réchauffer !!!

TPST : 6h

Crédits vidéo : Prise de vue : Pierre, Alicia, Flo / Montage : Pierre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.