Stage perf – Gouffre des Papiers – 02 et 03-04-2016

Compte rendu d’une sortie effectuée dans le cadre du stage Perfectionnement du Rhone, sur le thème James BOND.

Compte Rendu de Mission Spéciale – Recrue K

2 et 3 avril 2016 – St Christol d’Albion – Vaucluse

Licence to Kit

Pour cette ultime mission, les formateurs nous ont laissé le choix de nos objectifs. A priori, j’ai les mêmes que la recrue J(ulien), à savoir, faire une sortie de plus de 12h, équiper avec de la cordelette type L (8mm) et se faire plaisir sur de l’équipement. Nous sommes affecté à l’Aven des Papiers (dans l’épaisseur, parait-il, tout un programme), avec l’Agent V(incent), qui a été désigné volontaire.

Le trajet vers la nouvelle base de St Christol s’avère chamboulé, un poids lourd a essayé de sauter la barrière en béton de séparation des deux sens de l’autoroute, entrainant un très gros bouchon, dans les deux sens.

Tout le monde (et surtout le matériel) arrive bien plus tard que prévu, et la préparation du matériel s’annonce tardive.

Entre temps, nous apprenons que nous aurons à installer des points de récupérations des informations de nos indics dans les cavités (pièges à insectes pour l’étude de la faune cavernicole du plateau).

Tout le monde se prépare à emporter pas mal de kits, des discutions s’engagent pour que chacun ait ce dont il a besoin. En ce qui nous concerne, nous sommes les seuls sur de la 8mm, pas de soucis pour ce point-là. Par contre ça sera plus compliqué pour les amarrages. Dans l’optique d’alléger nos kits, on décide (on sera les seuls, encore une fois) de prendre des mousquetons légers, et la détresse d’un autre équipe termine de nous alléger, en remplaçant des lots de plaquettes par un grand nombre d’as. Nous devrons par contre estimer avec finesse les obstacles à équiper avec de la corde de 9mm (en cas de risques de frottements), et ceux pour lesquels la cordelette type L sera appropriée (aucun frottement toléré sur cette corde).

On termine l’enkittage vers 2h du matin (4 kits blindés pour 3), sous l’oeil inquiet de l’Agent V, qui se demande comment on va s’en sortir sous terre avec tout le mic-mac qu’on a trafiqué avec notre matériel, ça n’a pas l’air clair pour lui.

Repos

Mission Papiers

Participants : Agent V(incent), Recrues J(ulien) et K(évin)

Départ un peu trop matinal (8h30) pour la recrue J, pour qui la courte nuit n’a pas été assez reposante.

On trouve facilement l’entrée de l’aven, défendue par un vieux panneau de signalisation routière (le symbole n’est plus visible, mais la forme de triangle annonce sans doute un danger…). L’entrée n’est pas bien large, ça correspond aux retours des précédentes missions dans cette cavité.

10h15, je m’engage dans le trou et me charge de l’équipement, en forçant mon passage dans les premiers ressauts, assez étroits, il faut le reconnaitre.

Arrivés à la base de l’escalade de 5m, et au départ du réseau fantôme (colmaté à la base), nous posons notre première boîte aux lettres dormante à destination de nos indics.

J prend alors la main sur l’équipement, et commence par cette escalade de 5m, suivie immédiatement d’un P18, suivi rapidement d’un P10 étroit. Là, une tige filletée oscillante fait poser les premières questions à J quant à la qualité de l’équipement… N’y aurait-il pas mieux que ce qui est annoncé ? En cherchant bien, un spit, si ! Et c’est reparti dans ce puits qui, enfin, permet de frotter l’avant et l’arrière de la combi ! Un petit méandre désobstrué ouvre l’accès du redouté Puits du Filigrane… Tout un programme ! L’équipement paraît léger… et forcément, on a prévu de la 8mm ici ! Finalement, avec l’aide d’un joli pont rocheux, on arrive à éviter une dév/frac foireux, et c’est parti pour la suite !

L’équipement nécessite la pose d’un spit complémentaire pour affiner les passages de corde et sécuriser le dernier fractionnement du P30, avant les Chicanes. Justement, cette pause permet également un ravitaillement de l’équipe.

La poursuite de l’équipement se passe sans trop de soucis jusqu’à la salle à la base du deuxième P18 (bon, nous n’évoquerons pas dans ce compte rendu succinct les têtes de puits étroites, au passage desquelles nous avons entendu notre maître formateur se lamenter « on va vraiment en *** à la montée avec nos **** de kits ! »). Après consultation de mes coéquipiers, je pose alors notre dernier piège à insectes.

Pendant ce temps, J commence à équiper la vire permettant d’atteindre l’E10 avec nos premiers mousquetons légers, ça commence à devenir sérieux. S’en suit une jolie conduite forcée et quelques petits puits.

En arrivant au P23 défendant l’œil de Bœuf, je galère à trouver les amarrages nécessaires pour le début de la main courante et je me retourne plusieurs fois dans un méandre assez étroit avant que V me remette en selle en me montrant un superbe pont rocheux, que je ne voyais pas par en dessous. C’est reparti, je peux enfin me mettre dans le vide au-dessus du P23 pour équiper, un spit derrière la tête, un autre à bout de bras, pas confort du tout, comme position. J’en profite pour essayer d’apprécier la façon avec laquelle je vais réussir à faire mon pendule, 7m plus bas, pour rejoindre la paroi d’en face. Le pendule ne sera pas de tout repos, d’autant plus que la réception est dépourvue de tout spit pour sécuriser le passage. C’est dans une position passablement instable que je vais planter mon deuxième spit de la sortie (après avoir réceptionné en envoi express la trousse à spit). V et J suivent enfin (ça fait une heure que je me suis enfoncé dans le méandre pour commencer à équiper ce puits, et ça commence à s’impatienter en haut). J prend la suite de l’équipement vers la galerie des Clairs Obscurs, pendant que je plante un spit complémentaire pour sécuriser le premier (on apprendra par la suite que l’Agent D(oumdoum) s’était vue refuser l’installation de ces spits lors d’une mission précédente, sous prétexte qu’il y avait un anneau de corde 2m plus loin pour ça…). J’en bave pour planter ce spit, avec seulement 5cm d’élan pour le marteau.

Je rejoins J et V dans les Clairs Obscurs à la base du troisième ressaut. On casse la graine, et on décide de remonter. Nous ne sommes qu’à -200m, et nous n’irons pas à l’objectif fixé, El Tubo, à -240m. En effet, la remontée s’annonce sportive, avec tous nos kits et avec des têtes de puits étroites et loin d’être confort (mais plutôt cons forts, au moins un domaine dans lequel l’équipe s’est distinguée). Il est 22h, nous nous fixons un objectif de 4h pour remonter, soit une sortie à 2h du mat’.

A la remontée, on applique le traditionnel « Je déséquipe ce que tu as équipé », tout se passe relativement bien.

Au final, K sort à 1h45, sous la lune, avec les kits bien lourds, mais tous fermés, malgré la quantité de corde dedans (les kits étaient déjà bien tendus et optimisés à l’aller). V et J arrivent rapidement, à l’arrache. Il est 1h59… Mission accomplie !

 

TPST : 13h30 environ

Retour à la base sans encombre vers 2h30. Le repas doudouesque nous attend, ça fait du bien ! Le retour dans la planque duveuteuse est contrarié par le retard pris par une autre équipe. K s’esquive vers 4h, J craque vers 6h lorsque la bonne nouvelle arrive.

 

Mission Matériel

Participants : toutes les recrues

C’est le côté obscur de la force : le nettoyage du matériel n’en est pas moins important pour autant. Tout le monde s’y met sous le crachin, les pieds dans l’eau, le dos courbé, mais le sourire aux lèvres (toujours sous le regard bienveillant des Agents Formateurs). Les quelques km de cordes, centaines de mousquetons, sangles, dyneemas, kits et plaquettes passent sous les brosses et sont soigneusement lovées, pliées, nouées, comptées.

TPB (temps passé à brosser) : 3h environ

La journée se termine par un gouter de restes, bien vite apprécié (même si, d’après certain(e)s, il manquait d’un peu de pâte de tartiner Chocolat/noisette !) avant le grand départ du retour vers les domiciles respectifs.

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Stage perf – Gouffre des Papiers – 02 et 03-04-2016

  1. Lionel dit :

    Bravo pour cette « Opération Tonnerre »

Laisser un commentaire