Grotte des Balmettes – Ambérieu en Bugey – 20-12-2015

Participants :
JR, Michel avec Patrick et Gégène  Perrin (SBABS)
+ une équipe qui file dans Angrières (Cécile, Julien, Axel, Bruno, Tamalou)

Nous arrivons au RV à Angrières où nous retrouvons Michel, l’équipe du GSHL et les Perrin. Comme nous sommes très nombreux nous décidons de faire deux équipes et d’aller voir le fond de la Grotte des Balmettes qu’il faudrait agrandir.

Aucun d’entre nous ne la connait alors nous ne trouvons pas le passage de la chatière verticale. Michel perce trois trous derrière la lame, puis nous mettons trois pailles et tirons depuis la sortie du boyau. Il n’y a pas de courant d’air : nous ressortons casser la croûte dehors. Nous rentrons à nouveau: pas de gaz, le COmètre de Michel refuse de fonctionner. Nous retournons sur le chantier où Patrick perce 3 nouveaux trous et pose 3 pailles.

Je suis en train de ressortir quand Michel me rappelle : Patrick vient de franchir la chatière verticale et continue vers le fond. Je reviens sur mes pas. Michel monte à son tour. Je ne parviens pas à le suivre et les attends. Patrick descends un toboggan glaiseux et aura toutes les peines du monde à remonter. En sortant nous faisons partir les pailles.

Nous ressortons , nous nous chargeons et remontons à Angrières rejoindre l’autre équipe qui vienne de sortir et de se changer. Puis nous arrosons l’avancement réalisé dans Angrières par un petit remontant chez Rolland.

TPST : 3h

Compte rendu de Michel Siméon
Part. : J. ROMESTAN,  M. SIMEON,  Patrick et Gégène PERRIN (SBAPS)
Reprise de l’explo à la grotte des Balmette à l’initiative de TAMALOU du GSHL, résurgence temporaire à l’entrée de Torcieu en venant d’Ambérieux.
Nous commençons à élargir un passage que nous pourrons court-cicuiter deux heures après…!! Deux heures de perdues  et 6 pailles!
Nous arrivons ,après un complexe de diaclases et de joints boueux au terminus atteint par le GSHL 2 ans plus tôt.
Patrick parvient à franchir l’étroiture que étions sensés agrandir: une galerie en conduite forcée limite en dimensions mais maximum en dépôt d’argile, en pente descendante à 30 °.
Il s’arrêteau bout de 30 m sur une baigoire difficilement compatible avec les articulations normales d’un corps humain.
Donc fin de l’histoire pour nous  et même constat que Valérie du GSHL 2 ans auparavant.Il n’est pas possible d’agrandir car les déblais boucheraient la galerie sans pouvoir les évacuer.
Patrick arrive à s’extraire de ce conduit aussi facilement qu’un suppositoire auquel on demanderait de faire une marche arrière!Je ne pousserai pas la métaphore plus loin mais on pourrait vu l’état dans lequel il est revenu à la surface  !!
TPST : 3h
Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire