Glacière de Carri (26) – 10-07-2016

Participants :
Béa, Cécile, Franck, Sylvain et Julien

Au départ, Julien, Kévin et Franck avaient prévu ce trou le samedi pour faire de l’équipement. Puis Béa a répondu qu’elle y allait avec Cécile et Sylvain le dimanche. Bon du coup, on n’a fait qu’une seule sortie, c’est quand même plus sympa. Kévin s’est désisté suite à une chute en roller.

Départ du club dimanche à 8h à 2 voitures ! Après 2h de route, on arrive au col de Carri sur le parking où il fait déjà bien trop chaud =) (35° annoncé à Lyon). Après 10 minutes d’ascension, on trouve l’entrée sans problème grâce aux sens des longueurs et d’orientation de Julien ! Petite pose pour laisser sécher les vêtements et éponger la sueur sur nos fronts avant de descendre dans le porche d’entrée. Julien équipe sous les yeux attentifs de Cécile le premier puits. En bas, double surprise : il n’y a pas de neige dans la glacière, et on tombe sur un écriteau nous indiquant que des explorations sont en cours et donc que le reste de la cavité est équipé =) !

Après quelques minutes d’admiration du porche d’entrée, et de réflexion sur les kits à prendre, on continuera la descente sur une centaine de mètres de puits en enchaînant non pas un, ni deux mais plus d’une dizaine de fractio dont certains un peu plus aériens que d’autres (la souplesse était de rigueur !).

Juste avant le début des étroitures verticales, au niveau du pendule à -102, une des bouteilles d’eau s’échappe de mon kit pour aller se suicider sur un rocher au fond d’un puit borgne 10 mètre en dessous nous … c’est décidé, c’est là qu’on mange ! C’est bien pratique : on est ici à l’abri du courant d’air soufflant.

Petit repas aux chandelles (ou presque) grâce à une petite bougie trouver sur place et pour nous réchauffer !

Puis on repart, sauf Béa qui décide de faire demi-tour avant le début de l’enchainement des étroitures verticales. D’ailleurs, la topo parlait d’un bloc à contre-assurer : il n’existe plus. Peut-être aurait-il fallut que je suive l’exemple de Béa ? Car la descente est difficile dans ces étroitures, tout accroche : le sac, la combi, le descendeur, le casque. Le descendeur en bout de longe, ça aide en tout cas !

Arrivé en bas, Julien passe une nouvelle étroiture et aperçois la corde du puits de 43 mètre qui s’ouvre derrière mais on rebroussera chemin car la fatigue et le stress de ces étroitures prolongées se font sentir pour certain (moi … puis de toute façon je butais sur une des étroitures !)

Au retour au parking, grand soleil et Carrot Cake préparé par Cécile nous attendent.

Finalement cette glacière, pas si froid avec tous ces fractios !

TPST 5h … finalement heureusement que c’était déjà équipé !

CR de Franck

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire